[Aller au menu]

Projet du prolongement du RER E (Eole) en gare de Vernouillet

Le futur tracé qui prolongera le RER E, appelé "Eole", est aujourd'hui connu. Il arrivera à Mantes-la-Jolie et passera en gare de Vernouillet-Verneuil à l'horizon 2020, peut-être avant. Outre le réaménagement et la rénovation de la ligne existante Mantes-Paris sur une longueur de 47 kilomètres, le projet prévoit le percement d'un nouveau tunnel long de 8 km entre La Défense et la gare Haussmann-Saint-Lazare, terminus actuel du RER E.

Ce chantier d'envergure nécessitera six années de travaux. Ensuite, une gare souterraine sera réalisée au Cnit-La Défense et une gare aérienne à Nanterre. Cette gare de surface, déjà baptisée la Folie, pourrait également, dans un avenir plus lointain, accueillir le TGV. Restera enfin à étudier le raccordement avec la ligne SNCF Saint-Lazare-Mantes-la-Jolie (via Poissy).

Un projet de transport attendu

Le tracé proposé, longuement débattu lors des dix réunions publiques qui se sont déroulées du 1er octobre au 19 décembre 2010 dans les principales villes concernées, a donné lieu à la réalisation d'un rapport par la Commission particulière du débat public. Il est ressorti des conclusions que le prolongement du RER E constitue une vraie réponse au problème de saturation du RER A et à la desserte des pôles d'emploi en développement. Le tracé retenu, avec une gare à porte Maillot en correspondance avec la ligne C du RER et la ligne 1 du métro, a ainsi suscité une nette adhésion. De même, au niveau de la Défense, la création d'une gare sous le CNIT, optimisant la qualité des correspondances avec le RER A, a été plébiscitée.

Un calendrier qui se précise

Fort des conclusions de la Commission particulière du débat public, le Stif a affiné les études portant sur le tracé Haussmann Saint Lazare-La Défense. Le projet a ensuite fait l'objet d'une enquête publique du 16 janvier au 18 février 2012. Les travaux devraient débuter en 2013 pour une mise en service à l'horizon 2020, avec des gains attendus dés 2017 sur la ligne existante.Cette arrivée du RER E dans le Mantois devrait, selon les spécialistes, réduire d'environ 15% la fréquentation du RER A. Une bonne nouvelle qui s'accompagne d'un coût. Le montant de ce projet est estimé entre 2,2 et 2,8 milliards d'euros, financé en partie par le Syndicat des transports d'Île-de-France (STIF), Réseau Ferré de France étant le maître d'ouvrage de cette opération.

Des garanties exigées contre les nuisances sonores

Si la Ville n’a jamais remis en cause l’intérêt d’un tel projet, elle s’est cependant toujours inquiétée des nuisances sonores probables générées par l’augmentation du trafic ferroviaire liée à l’arrivée du RER E. C’est pourquoi, dès le démarrage du projet, la Ville a cherché à obtenir des garanties contre le bruit auprès de Réseau ferré de France, en charge de l’opération.

Suite à une étude acoustique de la Ville jointe aux études préliminaires environnementales menées par RFF, le conseil municipal avait voté le 30 janvier 2012 un vœu pour obtenir du maître d’ouvrage des protections antibruit adaptées afin de régler conjointement le problème des nuisances existantes et d’anticiper celles à venir avec l’arrivée du RER E. Par ailleurs, à l’initiative des riverains, une pétition visant la mise en place d’un dispositif antibruit avait été versée au dossier du commissaire-enquêteur dans le cadre de l’enquête publique.

Dans les conclusions de son rapport, la commission d’enquête exige que RFF ouvre une négociation avec les communes de Poissy, Verneuil-sur-Seine, Vernouillet, Villennes-sur-Seine et Maisons-Laffitte en vue de parvenir à un accord sur les niveaux sonores maximum à respecter à l’égard des habitations qui seront touchées par le passage d’Eole. Le 12 avril 2013, les élus des Villes concernées par le tracé, dont ceux de Vernouillet, se sont ainsi  rendus à la sous- préfecture des Yvelines, en présence du sous-préfet, du médiateur ainsi que des équipes de RFF et de la SNCF, pour parvenir à un accord général sur les niveaux sonores acceptables.

Des rencontres techniques d’enregistrement du bruit vont continuer dans les mois à venir pour définir les aménagements nécessaires au respect des niveaux sonores ainsi arbitrés. Les élus de Vernouillet ont notamment rappelé leur volonté de voir la mise en œuvre rapide d'aménagements antibruit au niveau des zones identifiées comme présentant un niveau sonore supérieur aux seuils qui seront validés par le médiateur.

Extrait du tracé de l'extension d'Éole :

Plan du projet de prolongement du RER E