[Aller au menu]

Projet de ligne à grande vitesse Paris-Normandie (LNPN)

Le conseil d'administration de Réseau ferré de France (RFF) a délibéré le 5 avril 2012, en faveur de la poursuite du projet de LNPN et a décidé de lancer les études préalables à l'enquête d'utilité publique. Cette nouvelle étape a pour objectif d'affiner les différentes parties du projet en veillant à sa cohérence d'ensemble et aux conditions de son financement.

Aujourd'hui, dans les trains directs vers Mantes et la Normandie, environ 200 000 usagers voyagent debout chaque année. Si rien n'est fait, ils seront 1 200 000 en 2025, soit 8 % des voyageurs, à ne pas trouver de place assise aux heures de pointe. Par ailleurs, depuis l'électrification de la ligne dans les années 70, les temps de parcours vers la Normandie ont eu tendance à s'allonger.

Un projet nécessaire

Le projet de création de la ligne nouvelle Paris-Normandie entend résoudre ces problèmes. Selon Réseau ferré de France, maître d'ouvrage, le Havre et Caen seraient à 1 h 15 de Paris (Rouen à 45 minutes), au lieu de 2 heures actuellement, rendant le train plus concurrentiel par rapport à la route. En outre, les usagers pourraient accéder directement à la Défense, en plus de la gare Saint-Lazare, et bénéficieraient de parcours plus rapides entre la Haute et la Basse-Normandie.

Autres avantages présentés par les représentants de Réseau ferré de France (RFF), la création de la LNPN impliquerait la séparation des trains normands et franciliens entre Paris et Mantes avec pour bénéfices un désengorgement de la ligne actuelle et une amélioration de sa régularité. Enfin, d'un point de vue économique, cette ligne à grande vitesse reliant Paris au Havre devrait renforcer la compétitivité des entreprises, la conquête de nouveaux marchés, l'installation d'activités associées et, par conséquent, la création d'emplois.

Schéma des scénarios de tracé de la LPN

La municipalité opposée au scénario "Confluence-Chanteloup"

Le tracé de la LNPN a été l'objet des principales discussions lors des réunions publiques. Parmi les quatre scénarios de tracé soumis au débat, deux traversent la Seine sur notre territoire. Le premier dit "Confluence-Les Mureaux", par voie aérienne. Le second dit "Confluence-Chanteloup", par voie souterraine.

Lors de la réunion publique du 9 novembre 2011 à Achères, la municipalité est intervenue activement pour s'opposer au scénario numéro 2 "Confluence-Chanteloup" qui, s'il se réalisait, impacterait fortement la physionomie de notre commune. En effet, malgré une certaine imprécision des cartes à ce stade, le couloir de faisabilité du tracé de la ligne envisagé par ce scénario couvre une partie du territoire vernolitain dont des zones urbanisées se concentrant autour de la Seine. "Un scénario inacceptable" pour le maire qui a régi vivement.

La municipalité s'est en effet étonnée qu'un tel tracé ait pu être soumis au débat tant les enjeux environnementaux du territoire qu'il traverse sont importants. Ainsi, ce scénario ne prend pas en compte la base de loisirs de Verneuil, laquelle s'étend sur le territoire de Vernouillet avec le lac du Gallardon, pourtant classée zone naturelle d'intérêt écologique et faunistique (Znief type 1). Pas plus qu'il ne prend en compte l'existence de notre zone agricole protégée ou encore le périmètre de captage des eaux qui alimente également les communes de Verneuil-sur-Seine et de Chapet.

Pour la municipalité, il est essentiel que l'impact des tracés sur les populations et l'environnement soit au coeur de la réflexion du maître d'ouvrage. Le scénario numéro 2, qui ne tient pas compte de cette contrainte, doit donc être écarté. C'est pourquoi le conseil municipal s'est prononcé contre ce tracé lors du conseil municipal du 30 janvier 2012.
Pour télécharger le compte-rendu du débat public, son bilan ainsi que le dossier complet du maître d'ouvrage incluant les différents scénarios, rendez-vous sur le site : www.debatpublic-lnpn.org

Pour aller plus loin

Pour télécharger le compte-rendu du débat public, son bilan ainsi que le dossier complet du maître d'ouvrage incluant les différents scénarios, rendez-vous sur le site : www.debatpublic-lnpn.org