[Aller au menu]

Monuments remarquables

L’église Saint-Étienne

photo de l'église Saint-Étienne

De plan irrégulier, celle-ci témoigne de plusieurs phases de construction. La partie la plus ancienne de l’église actuelle, de style roman (la base du clocher, le transept sud et la nef) remonte au milieu du XIIè siècle, tandis que le choeur et le chevet sont de style gothique de la fin du XIIè ou du début du XIIIè siècle. Le transept nord, démesuré, est quant à lui un peu plus tardif.

Mais, plus que son ancienneté, c’est la géométrie de l’édifice qui le rend remarquable et unique dans la région. L’église est en effet construite comme les grandes cathédrales. Rien n’y est improvisé, chaque élément architectural respecte la règle du nombre d’or.

Autre curiosité notable : les fresques du croisillon nord, représentant l’apocalypse selon saint Jean. Datant de la fin du XIIIè siècle, elles sont restées longtemps cachées aux regards, avant d’être mises au jour et redécouvertes lors des restaurations successives (1818, 1988 et 1994). Le dernier chantier, qui date de 2012, a nécessité deux ans de travaux.

L’église de Vernouillet, classée au titre des monuments historiques, est située dans le centre-ville, au coeur de l’ancien village. Situer l'église sur le plan de la ville

Le château de Vernouillet

photo du château de Vernouillet

Construit vers 1720, le château de Vernouillet est l’un des biens ayant appartenu aux fiefs du marquis de Romé. Il fut vendu, avec le marquisat et le château de Verneuil, à Randon de Lucenay, en 1773, puis cédé au chevalier Tautest du Plain en 1781. Ce dernier fait alors figure de seigneur et sa propriété entre dans l’histoire sous le nom de « château de Vernouillet ».

Construit dans le goût des créations de Gabriel, aux Trianons, l’édifice déploie une longue façade à l’ordonnance classique, rythmée par des pilastres et agrémentée de sobres motifs décoratifs.

Pendant un siècle et demi, les propriétaires se succéderont : Louise Tautest du Plain, Anne-Félicité Doublet de Persan, la comtesse de La Ferrière, puis les familles Alfaro, Lemarchand, Hottot, Cordier. Après la mort, en 1953, de la dernière châtelaine, Jeanne Droin, la Caisse des dépôts et consignations achète le château et y installe une maison de retraite en 1955.

Le château de Vernouillet est visible depuis le boulevard de l’Europe. Il est situé dans le quartier du centre-ville. Situer le château sur le plan de la ville

La Maison des Buissons et son parc

photo de la Maison des Buissons

Justin de Saint-Léger hérite du terrain familial en 1852 qui n’est constitué alors que de prés. Maire de Vernouillet, il y fait construire une grande villa et l’entoure d’un parc.

Après la mort de Justin de Saint-Léger en 1896, la propriété et le parc sont vendus et acquis en 1903 par le célèbre chocolatier Menier, au nom de Geneviève Pichard, danseuse à l’Opéra de Paris. C’est sous son impulsion que la Maison sera transformée pour lui donner son caractère actuel. Menier était en effet très attaché au style normand.

En 1974, la Municipalité achète Les Buissons afin d’en éviter le lotissement. Outre son cachet indéniable, la Maison des Buissons possède un parc de valeur comprenant près d’une trentaine d’essences d’arbres.

En 2012, la Maison des Buissons a fait l’objet d’une réhabilitation intérieure, afin d’accueillir la Maison des associations.

La Maison des Buissons est située en entrée de ville, dans le quartier des Buissons.
Situer l'édifice sur le plan de la ville